Photo d'une maison secondaire

Ce qu’il faut savoir sur l’assurance résidence secondaire

Date de dernière modification : 7 janvier 2022

Vous venez d’acquérir une résidence secondaire et vous vous demandez comment assurer votre nouvelle maison ? Avec quelles garanties et sous quelles conditions ? Voici l’essentiel à savoir avant de souscrire une assurance résidence secondaire et pouvoir profiter l’esprit serein de votre nouveau bien immobilier !

L’assurance habitation pour une résidence secondaire est-elle obligatoire ?

Qu’il s’agisse d’une maison de campagne, d’un petit appartement sur la côte ou d’une villa avec piscine, assurer sa résidence secondaire n’est pas obligatoire, mais reste fortement conseillé. En effet, l’assurance habitation secondaire garantit au propriétaire une indemnisation en cas de sinistre ou de dommages matériels. En revanche, les propriétaires d’un bien en copropriété ont l’obligation de souscrire au minimum une responsabilité civile, comme l’exige la loi Alur.

Pourquoi assurer une résidence secondaire : quels risques ?

La résidence secondaire est exposée tout au long de l’année aux mêmes risques et sinistres qu’une résidence principale. Une maison secondaire inoccupée pendant de longues périodes est notamment plus vulnérable face au risque de cambriolage. Aussi, si votre maison de campagne est une demeure de prestige, avec des objets de valeur (pièces de collection, œuvres d’art, bijoux, mobilier design ou ancien, etc.) laissés sur place, il est recommandé de souscrire une assurance habitation pour patrimoine de luxe.

Votre résidence secondaire court autant de risques, voire davantage, que votre résidence principale : incendie domestique, inondation, fuites, ruptures de canalisations, etc. Si vous habitez loin de votre maison de vacances, il vous sera difficile d’intervenir rapidement pour limiter les conséquences d’un sinistre.

Autre élément à prendre en considération pour choisir une assurance habitation : la situation géographique de votre bien et les risques naturels auxquels il est exposé. On pense en particulier aux tempêtes, inondations, submersions marines, avalanches, coulées de boue, glissements de terrain, selon que votre bien immobilier se situe en bord de mer, près d’une rivière ou à la montagne.

En l’absence d’une assurance multirisque habitation, le propriétaire d’une maison secondaire devra prendre en charge le coût des dommages et des dégâts matériels occasionnés sur son bien.

Quelle assurance pour sa résidence secondaire : extension ou contrat dédié ?

Pour assurer sa deuxième maison, deux choix s’offrent à vous : opter pour une extension des garanties de l’assurance habitation de votre résidence principale ou souscrire une assurance multirisque habitation spécifique.

L’extension de son contrat d’assurance habitation principale

Il s’agit de la pratique la plus simple et la plus rapide qui consiste à rédiger un avenant au contrat d’assurance multirisque habitation (MRH) de votre résidence principale et d’étendre certaines garanties à votre résidence secondaire. Ce n’est pas forcément la solution la plus avantageuse en termes de garanties et de prix. Vous devrez nécessairement payer une surprime pour bénéficier de garanties sur mesure et de services annexes.

La souscription d’un contrat d’assurance habitation spécifique

Vous bénéficiez d’un contrat spécifique pour votre habitation secondaire avec une couverture des risques plus complète. À privilégier si votre maison de campagne est éloignée de votre résidence principale et/ou située dans une zone à risques majeurs (feux de forêt, inondations, tempêtes, avalanches, orages, grêles et autres évènements climatiques).

La clause d’inhabitation, qu’est-ce que c’est ?

Cette garantie permet au propriétaire d’être couvert en cas d’inoccupation de l’habitation. Les compagnies d’assurance définissent l’inhabitation (ou inoccupation) comme la durée minimum durant laquelle votre résidence secondaire peut rester inhabitée chaque année. Selon les assureurs, cette période varie de 30 jours à 90 jours. Au-delà, l’assureur de l’habitation considère que les risques augmentent considérablement en votre absence, et peut réduire le montant d’indemnisation ou refuser d’indemniser l’assuré en cas de vol, de dommage ou de sinistre.

Quelles garanties choisir ?

Le contrat multirisque habitation secondaire permet de souscrire des garanties essentielles. L’assuré peut également opter pour des garanties facultatives pour étendre la couverture des risques en fonction de la situation géographique et des biens matériels inclus.

  • Les garanties dommages aux biens : en cas de sinistre (incendie, dégât des eaux, inondation, etc.), cette garantie couvre le bâtiment et, le cas échéant, ce qu’il contient (meubles, objets de valeur et électroménager, etc.).
  • Les garanties optionnelles : vol et vandalisme, bris de glace, dommages électriques, garantie rééquipement à neuf, assistance sinistre, assurance des aménagements extérieurs et dépendances (véranda, garage, cave à vin, appentis, serre de jardin, piscine, tennis, etc.).

Combien coûte l’assurance habitation pour une maison secondaire ?

Pour une résidence secondaire, la prime d’assurance est plus chère que celle d’une résidence principale. Le surcoût se justifie par l’inoccupation trop importante des lieux, synonyme de risque aggravé pour les assureurs (cambriolage, vol, vandalisme, etc.). Le coût de l’assurance habitation secondaire varie d’une région à l’autre, selon la nature du logement de villégiature (bien immobilier neuf ou ancien) et les garanties souscrites. En cas de risques spécifiques, tels que les inondations, avalanches ou mouvements de terrain, l’assureur peut vous demander de souscrire des garanties supplémentaires.