La construction en torchis

Date de dernière modification : 19 août 2020

Nombres de châteaux, maisons de caractère ou maisons de campagne comportent des bâtiments en torchis. La construction en torchis est une méthode traditionnelle extrêmement présente dans certaines régions de France, notamment en Normandie. La construction en torchis est l’élément fondamental des maisons à colombages. Torchis et pan de bois apparents font le charme de ces maisons de caractère. Méthode de construction utilisée depuis l’Egypte des Pharaons, la construction en torchis capitalise sur les matériaux les plus simples et naturels, directement à disposition près du bâtiment à rénover. Composition, fabrication et application du torchis, si vous avez un projet de rénovation d’une maison en torchis, vous saurez tout en lisant cet article.

Restaurer une maison de caractère en torchis

Quel magnifique paysage que celui d’une belle maison de caractère à colombages, avec son toit de chaume, qui se dessine dans la brume matinale de la campagne verte, entourée d’arbres fruitiers. C’est l’image même de l’abondance et de la beauté des traditions. Les maisons de caractère et les maisons de campagne, notamment normandes, sont des maisons principalement constituées de terre, qui s’intègrent harmonieusement dans leur environnement dans un équilibre subtil entre le végétal et le minéral. Ces maisons de caractère étonnent par leur mélange de raffinement et de simplicité.   

Toute maison traditionnelle en torchis se décompose comme suit :

  • Un soubassement (solin) d’environ 80 centimètres de hauteur, composé de pierres et silex.
  • Une sablière : imposante pièce de chêne sur laquelle reposent les écharpes de colombages.
  • Du torchis : matériau qui remplit l’ossature de la construction.
  • Les colombes : poteaux de bois qui sert d’armature à la construction en torchis.

Le torchis est un matériau naturel constitué de terre argileuse et de fibres végétales, paille de blé, orge, lin ou foin. Matériau non porteur, il est reconnu par sa solidité et constitue un excellent isolant thermique et humidifudge.

La préparation du torchis

Dans la construction des maisons traditionnelles, le matériau prédominant est l’argile. Cette argile est extraite directement de la terre environnante. La bonne terre pour la construction de murs en torchis est le limon argileux, c’est à dire une terre comportant entre 15 et 20% d’argile. Pour connaître la composition du terrain près de votre maison de caractère ou maison de campagne, voici un test simple : prenez une bonne poignée de terre et versez-la dans un flacon en verre remplit d’eau. Agitez bien le mélange puis laissez décanter quelques heures. Après décantation, les différents “éléments” de la terre et leurs pourcentages se voient à l’oeil nu : le sable se dépose dans le fond, surmonté ensuite par le limon et enfin l’argile.

Les quantités suivantes sont préconisées pour une préparation manuelle du torchis : 2 volumes de terre pour 1 volume d’eau et 1 volume de paille.  

Ensuite, il faut étaler le limon argileux sur le sol de façon à pouvoir le travailler. Après arrosage, on le foule au pied pendant un bon moment. A cette terre humide malaxée, on incorpore la paille et on malaxe à nouveau avec les pieds jusqu’à obtenir une pâte bien homogène.

L’application du torchis et l’enduit

Pour restaurer votre maison en torchis, il faut prévoir 1m3 de torchis pour couvrir 10 m2 de mur à 15 centimètres d’épaisseur.

Le torchis se pose humide sur le lattage de bois, lui-même au préalable abondamment arrosé. Une fois posé, le torchis doit être séché au moins pendant 3 semaines avant l’application de l’enduit qui le protègera du ravinement des eaux pluviales. Il ne faut pas appliquer n’importe quel enduit sur les construction en torchis. En effet, les murs doivent pouvoir respirer. Le meilleur est donc la chaux aérienne éteinte (CAEB) mélangée à un peu de chaux hydraulique naturelle qui va accélérer la prise de l’enduit. La composition idéale de l’enduit est : 3 volumes de sable pour 1 volume de chaux aérienne, ⅙ de chaux hydraulique naturelle, 1,5 volume d’eau, 1,5 volume de terre et 1 à 2 volumes de paille.

L’application de l’enduit se fait en monocouche par projection à la truelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *