Maison Ceronne

Résidence secondaire : du rêve à la réalité

Date de dernière modification : 20 juin 2022

Au nord, au sud, pour une mise au vert — le temps d’un week-end ou pour des vacances —, pour se lancer dans la vie de château, ou dans un beau projet de rénovation… Il existe mille et une raisons d’envisager l’acquisition
d’une résidence secondaire. La recherche d’une maison de campagne est d’ailleurs une
tendance forte sur le marché de l’immobilier au sortir des confinements successifs.
Rencontre avec celles et ceux qui se sont lancés et partagent ici leur expérience.

Maison Ceronne, la campagne en version bucolique chic

Pour une envie d’escapade conviviale et haut de gamme à la campagne, embarquement toute chez Maison Ceronne dans le Perche, écrin design et chaleureux entre ressourcement nature et activités de citadins branchés. Une pause bucolique inhabituelle à expérimenter sans tarder.

« C’était notre maison de campagne au départ. On a juste ouvert les portes ! Il s’avère que l’on y invitait pas mal d’amis avant et que ça plaisait. On s’est donc lancés ! Comme je travaillais dans la publicité à Paris, j’avais créé un petit compte Instagram et les amis d’amis nous tagguaient. Ça s’est donc mis en place au bouche-à-oreille. »

C’est en 2014 que Vincent-Louis et Clément s’offrent un rêve de campagne en achetant un bâti percheron en ruine et ses deux hectares de terrain arboré en Normandie. Idéal car à 150km de Paris et à 5 minutes du ravissant village de Mortagne-au-Perche. Parce qu’ils sont connaisseurs en design, rien n’est laissé au hasard pendant les travaux de rénovation et l’aménagement. La « Maison & Table de campagne » Maison Ceronne – qui accueille ses hôtes à partir de 2018 – n’a rien à envier aux demeures qui font les couvertures des magazines de décoration. Sa piscine extérieure chauffée à effet marbré
donne illico le ton d’un lieu chaleureux et chic pour urbains en mal de verdure et amateurs de beau.

Cet hôtel de campagne à l’esthétique léchée se compose de trois bâtiments indépendants – deux formant la maison initiale et une annexe, « La voisine
», situé à 250 de la maison principale – avec 3 catégories de chambres au choix ainsi que de nombreuses zones de vie : le salon pensé comme une serre avec sa très cinégénique table en marbre noir dessinée par le propriétaire, son « grand diptyque
» de pastel sur papier signé Julien Colombier, et sa cheminée à foyer ouvert, son bar, sa piscine intérieure chauffée avec sauna et hammam mais aussi son « salon de sport » et son cinéma.

La signature déco ? Le design épuré – très matières brutes rappelant la vie à l’état naturel – et les pièces vintage années 50, 60, 70 et 80 mêlées à des œuvres d’art contemporain posées à même le sol ou disposées un peu partout au mur, promesses
d’un séjour campagnard bourgeois-bohème. « Nous avons voulu laisser la place aux matériaux – les sols sont en béton et il y a énormément de présences de pierres d’origine de la maison – ainsi qu’à la nature, en disposant beaucoup de plantes.

Côté déco, on a fait le choix de pièces design chinées ça et là. » Une atmosphère insolite qui invite littéralement à une détente en beauté. « Chez Maison Ceronne, l’expérience est particulière. Nous ne voulons pas renvoyer l’image d’un hôtel. L’illustration parfaite de l’art de vivre qu’on propose serait celle d’un voyage en train dans lequel nos hôtes resteraient pendant deux jours. Arrivés à destination, les clients auraient fait connaissance entre eux avec des souvenirs plein les yeux. »

Les maîtres-mots de ce séjour ? L’hospitalité et l’envie de partage. Il n’y a pas d’horaire de départ ni d’arrivée, les arrivants ont la permission de diner même jusqu’à minuit. La Table, ouverte pour les déjeuners et dîners et qui fait la part belle à la cuisine maison, aux produits de saison et producteurs locaux – butternut rôti au confit d’oignons rouges ou lasagnes saumon épinard à la crème de parmesan sont par exemple à la carte – réunit tout le monde dans une ambiance de joyeuse bande à laquelle se mêlent aisément Vincent-Louis et Clément, faisant le service ou s’attablant.

Suite du programme ? Se réveiller au chant des oiseaux, se ressourcer dans le pré en buvant un café, s’évader auprès des shetlands, Troll et Caramel, de l’âne Coton et du poney Holly, puis aller faire un tour dans le Perche sans oublier de passer par la case piscine et sauna – une masseuse à demeure est à disposition, mais aussi cinéma et karaoké endiablé. Chacun vit à son rythme chez Maison Ceronne, véritable territoire d’évasion pour citadins aux envies de cocon de campagne nouvelle génération. « C’est une maison de campagne ouverte à tous ceux qui n’ont pas l’envie d’en avoir une de façon permanente mais qui rêve d’escapades campagnardes à leur image. Maison Ceronne, c’est un peu comme votre propre maison de campagne ». Un petit paradis à moins de deux heures de Paris.

MAISON CERONNE – La Gilberdière,
61380 Sainte-Ceronne-Lès-Mortagne – Tél. : +33(0)763547117
contact@maisonceronne.com – www.maisonceronne.com