A savoir avant d'acheter

Les charges à assumer lorsqu’on achète un château

Modifié le 30 septembre 2021

Acheter un château demande un certain investissement financier. Selon la taille du domaine de prestige acquis, les charges qui viennent s’ajouter au prix d’achat peuvent être plus ou moins conséquentes. Entre les rénovations et travaux nécessaires, les charges selon le degré de vétusté du bien, les frais d’entretien généraux, le personnel ou encore les charges foncières, l’investissement dans un château à vendre doit être réfléchi et calculé minutieusement. Heureusement, il existe aussi des solutions pour les alléger en demandant certaines subventions à l’Etat pour les travaux ou en ouvrant le domaine au public par exemple. On vous explique plus en détail la nature des charges à assumer lors de l’achat d’un château et leur poids budgétaire pour y voir plus clair.

Les charges liées à l’entretien

Intéressons-nous à la nature de ces charges et leur poids budgétaire. En tant que nouveau possesseur de château, vous serez amenés à payer des charges en fonction du niveau de vétusté de votre acquisition. Dans le cas des châteaux du Moyen-Age, de la Renaissance ou du XIXème siècle, ils doivent souvent être rénovés pour éviter leur détérioration. Cela représente entre 1% et 1,5% du prix d’achat. Pour les frais d’entretien (huisseries, toiture, chauffage et isolation), des travaux seront obligatoires pour le bien-être de votre demeure. Le coût d’entretien et de remise en forme de la boiserie d’un château s’élève en moyenne à 1000 € le mètre carré. Afin d’assurer l’entretien quotidien de la demeure et de son extérieur, vous aurez dans la plupart des cas, besoin de personnel, ce qui représente un coût. Pour les petites réparations, si le bâtiment est inscrit à l’ISMH (Inventaire supplémentaire des monuments historiques), aucune autorisation n’est nécessaire pour vous lancer. En revanche, pour de plus gros travaux, ils devront être validés avant de les lancer par le Ministère de la Culture. Si votre château est classé parmi les monuments historiques, il vous faudra l’accord du ministère de la Culture pour tous vos travaux, vous pourrez ainsi bénéficier d’une subvention de l’Etat pour vos travaux. Pour cela, il faudra vous adresser à la Direction Régionales des Affaires Culturelles (DRAC).

Les autres charges pour les propriétaires de château

Après les charges fixes, on retrouve les charges “cachées”, c’est-à-dire tout ce qui va être nécessaire à l’entretien de votre château mais auquel vous n’aurez pas spontanément pensé. En effet, acheter un bien immobilier tel qu’un château représente pour beaucoup un rêve d’enfant, un accomplissement pour les amoureux des vieilles pierres et des demeures historiques. Les prix attractifs des châteaux occultent parfois la réalité des charges liées à l’achat d’un château. Une fois votre projet immobilier réalisé, vous devrez respecter certaines normes (d’autant plus si votre château est classé monument historique). Voici quelques charges auxquels vous devrez en plus faire face :

  • travaux : il faut souvent faire appel à des experts en travaux de châteaux qui utilisent des matériaux nobles. Il est également nécessaire de faire appel à un architecte des bâtiments de France si votre château est classé ;
  • jardins et terrain : pour entretenir votre château, il faut soigner le parc arboré et faire appel à un paysagiste-jardinier. Un entretien annuel qui alourdit la facture (cela peut aller jusqu’à 30 000€/an pour un terrain de 400 m2 par exemple) ;
  • personnel : un château est un bien immobilier qu’il faut faire vivre et il vous sera difficile d’y arriver seul. Vous entourer d’un personnel pour l’entretenir est un poste de charge indéniable.

Les charges fiscales d’un château

Les charges foncières sont variables et dépendent du fait que votre château soit votre résidence principale ou secondaire.

Elles sont heureusement, déductibles de l’impôt sur le revenu :

  • si la demeure n’est pas ouverte au public, elles seront déductibles à 50% ;
  • si la demeure est ouverte au public et gratuitement, vous pourrez les déduire de vos impôts à 100% ;
  • en revanche, si les visites sont payantes, à 75% des charges foncières et à 100% des travaux subventionnés.

Amortir les charges lors de l’achat d’un château

Ces charges importantes peuvent décourager l’acquéreur d’un château. Pourtant,ce n’est pas une fatalité. Ces biens d’exception présentent un intérêt certain. C’est pour cette raison que vous pouvez ouvrir les portes de votre château dans l’objectif de réduire les charges. Par exemple, vous pouvez organiser des visites guidées dans votre château, l’ouvrir pour des événements privés, des réceptions comme des mariages par exemple. Il est également possible de transformer une partie de votre château en chambres d’hôte d’exception.

Pour le calcul global de vos charges, faites attention à ne pas prendre en compte que le prix d’achat de votre château. Les frais d’entretien et les charges représentent une somme assez importante, qui varie en fonction de la taille de votre bien : comptez de 20 000 à 30 000 euros/an pour un château de taille moyenne, 70 000 à 80 000 euros pour un château plus gros, et entre 100 000 et 150 000 euros pour les plus grands modèles qui emploient du personnel.