Domaines viticoles: quand la composition du sol influence le cépage

Acheter un domaine viticole c’est s’inscrire dans la grande tradition oenologique française. C’est s’intéresser et s’investir dans la production du vin, industrie mondialement reconnue, de l’excellence, de la rigueur et du travail à la française. Acheter un domaine agricole se fait donc par passion, mais aussi avec implication. Les cépages produits en France sont nombreux et leurs arômes différents. Au-delà du choix du ou des cépages, le sol d’un domaine viticole exerce une très forte influence sur le goût et la qualité du vin. Si vous souhaitez acheter un domaine viticole, n’oubliez donc pas de prendre en compte la composition du sol dans votre choix.  

L’importance des caractéristiques du sol dans l’achat d’un domaine viticole

Le sol est un organisme vivant dont la composition est liée à plusieurs paramètres comme les conditions météorologiques, l’exposition, la topographie, la proximité ou non d’un plan d’eau, l’historique de production sur la parcelle, etc, etc …

Pour les domaines viticoles et donc la production de vin, il existe une règle de base : les meilleures vignes poussent dans des sols pauvres, bien drainés, où les cycles tertiaire et quaternaire ont apporté une touche de complexité et d’homogénéité.

A l’oeil nu, 5 critères permettent d’analyser les caractéristiques du sol d’un domaine agricole. Pour des résultats plus poussés, il faudra prélever des échantillons de sol et demander à un laboratoire de les analyser et ainsi connaître les pourcentages exacts des différents composants.

Un sol est dit :

  • profond et riche ou maigre et superficiel,
  • compact ou caillouteux,
  • calcaire, granitique, argileux, etc, en fonction de sa composition minérale.

La couleur de la terre est aussi un élément à prendre en compte car elle joue un rôle sur le rayonnement solaire. Les sols rouges par exemple se réchauffent plus vite. Enfin la situation topographie influe sur la circulation de l’eau dans le sol.

 

Les différents types de sol des domaines viticoles

Voici la liste exhaustive des types de sol que l’on peut trouver lorsque l’on achète un domaine viticole. A ces types de sol, sont attachés les noms de grands domaines viticoles mondialement connus.

Sol alluvial : c’est un sol composé principalement de limon, de sable et de graviers déposés par les écoulements d’eau. Ce type de sol est très fertile.

Sol à dominante ardoise : l’ardoise est une roche dure qui provient de la compression d’argile, de limon et de sable. Elle retient bien la chaleur.

Sol à dominante argile : l’argile est une roche à grain fin qui retient facilement l’eau. Mélangé au calcaire, le sol à dominante argile est le sol classique du Penedès et du Xérès.

Sol à dominante calcaire : le calcaire est une roche sédimentaire qui favorise la production de raisin avec un taux d’acidité élevé comme par exemple dans la Loire avec le Pouilly Fumé. Les grands crus de Saint-Emilion et d’Alsace se trouvent sur des sols à dominante calcaire.

Sol à dominante craie : la craie est un calcaire poreux qui convient parfaitement aux cépages blancs car elle favorise l’acidité dans le raisin.

Sol à dominante crasse de fer : couche du sol riche en fer, que l’on trouve dans le Libournais, principalement à Pomerol et Saint-Julien.

Sol à galets : à Châteauneuf-du-Pape on rencontre une mer de gros galets avec de fortes qualités de réverbération du soleil et de bonne conservation de la chaleur.

Sol à graves : c’est un caillou siliceux qui assurent un excellent drainage. Les cépages cabernets y poussent merveilleusement bien.

Sol à quartz : minéral le plus commun et le plus abondant, présent dans de nombreux sols, qui réduit l’acidité du vin.

Sol à silex : le silex emmagasine la chaleur, ce qui donne des vins très typés, au fameux goût de “pierre à fusil”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *