Sanglier dans la forêt pour la chasse en battue

La chasse au sanglier

Généralités sur la chasse au sanglier, une tradition ancestrale qui tient au cœur et au corps des chasseurs

La chasse au sanglier figure parmi les plus populaires auprès des chasseurs. Voici quelques généralités à connaître sur ce gibier qui donne bien du fil à retordre aux amateurs de gros gibiers.

Historique de la chasse au sanglier

En France, la chasse au sanglier est une tradition fortement ancrée dans nos territoires ruraux. Les Celtes le considéraient comme une créature sacrée, symbole de force et de courage. Sous l’Empire romain et au début du Moyen Âge, la chasse au sanglier est particulièrement valorisée, car ce grand gibier est considéré comme un animal particulièrement puissant, rusé et combatif.

De nos jours, le sanglier est un gros gibier dont la population augmente le plus en Europe, n’ayant que l’homme pour prédateur. La prolifération des sangliers devient même problématique, occasionnant d’importants dégâts dans les cultures agricoles et de nombreux accidents de la route. En France, le tableau de chasse du sanglier est passé de 57 000 spécimens tirés en 1979 à près de 800 000 en 2020.

Mode de chasse de ce gros gibier

La chasse au sanglier se pratique en battues, à courre, à l’affût ou à l’approche. La battue est de loin le mode de chasse le plus répandu en France. Comme pour le chevreuil, le tir du sanglier en battue est difficile et exigeant, car le gros gibier arrive généralement de loin et surprend le chasseur en franchissant la ligne à toute vitesse. C’est ainsi qu’on tire souvent derrière ou entre les pattes. En France, il est également possible de pratiquer la chasse à courre du sanglier

Permis, droit de chasse et redevance cynégétique

Pour tirer le sanglier, il est obligatoire de passer un examen pour obtenir un permis de chasser. À ne pas confondre avec le droit de chasse, lié au droit de propriété. L’examen est organisé par l’Office français de la Biodiversité (OFB) en collaboration avec les Fédérations Départementales des Chasseurs. À l’issue des épreuves, le candidat obtient un titre permanent du permis de chasser remis par l’inspecteur de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Il faut également être membre de la fédération départementale​ et vous acquitter de la redevance cynégétique pour l’année en cours et du droit de timbre.

Périodes de chasse

Les dates et jours de chasse du sanglier sont fixés par arrêté du préfet, à chaque nouvelle saison cynégétique. La date d’ouverture et la date de fermeture de la chasse au sanglier varient d’un département à l’autre. La chasse anticipée (tirs d​’été) peut être néanmoins autorisée avant l’ouverture générale, selon les territoires et sur autorisation préfectorale.

Plan de chasse et gestion durable du gibier

La chasse aux sangliers est une pratique très encadrée, soumise à plan de gestion qui permet de définir des quotas de prélèvements fixés par arrêté préfectoral. Ce sont les Fédérations des chasseurs qui décident du plan de chasse à adopter, conformément au schéma départemental de gestion cynégétique.

Les sangliers peuvent être classés « nuisibles » au plan départemental, si l’espèce est susceptible d’occasionner des dégâts, des dangers ou des risques sanitaires (zoonoses transmissibles entre animaux sauvages). Un plan national de maîtrise de ce gros gibier a été mis en place en 2009 sur tout le territoire pour limiter leur prolifération. Dans certains départements, l’agrainage du sanglier est interdit. Cette pratique consiste à nourrir les sangliers pour fixer les populations sur un territoire donné et les éloigner ainsi des cultures agricoles.

Plus d’information avec notre expert en
domaine de chasse Martial Renaud