Je t’aime, moi non plus… mais quand même un peu

Date de dernière modification : 6 août 2021

Chine : Divorces et remariages pour éviter la plus-valuechinois_4_0

La Chine a enregistré cette semaine une brusque hausse du nombre de divorces… mais également une avalanche de remariages : le nombre de remariages à Shanghai aurait doublé par rapport à la même période l’année dernière ! Comment expliquer cela ?

Afin de limiter la spéculation, le gouvernement chinois a adopté une nouvelle loi prévoyant une taxe de 20% sur les plus-values sur la vente des propriétés. Mais il y a une faille dans cette nouvelle législation : un couple possédant deux biens immobiliers qui divorcent peut en revendre un sans impôt. Une fois ce bien vendu et l’économie réalisée, les deux divorcés peuvent alors se remarier ensemble et couler à nouveau des jours heureux. Ainsi, un divorce pourrait représenter des dizaines de milliers d’euros d’ « économie » pour le couple !

Toutefois, bienveillant (et surtout réaliste), un responsable a mis en garde les épouses contre des maris volages qui profiteraient de l’occasion pour divorcer … pour de bon. « L’extraordinaire bond du taux des remariages illustre bien l’ampleur des divorces de complaisance », observe Ming LI, directeur adjoint du Centre National des Mariages et de Conseil Familial. Une situation qui serait étonnante pour d’autres cultures mais tout à fait normale en Chine : il s’agit sans doute de quelque chose de propre à la culture chinoise, toujours privilégier le pragmatisme.

On comprend donc mieux l’engouement des Chinois pour l’achat de châteaux dans le Centre et de vastes propriétés en France plus largement.

Petite anecdote : Quelle est la question la plus récurrente que pose un investisseur chinois lorsqu’il envisage d’investir en France ? : « Combien d’années dure le droit de propriété en France ? » Etonnante question mais pas tant que ça quand on sait qu’en Chine le droit de propriété est limité (à l’instar de l’Angleterre) et ce à 70 ans. L’argument numéro un à avancer dorénavant dans le cadre d’une vente à un chinois…

source : http://tempsreel.nouvelobs.com/immobilier/monde/20150330.OBS5963/immobilier-en-chine-apres-les-divorces-les-remariages.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *